Et si vous passiez à l’autoconsommation ?

autoconsommation

Si nous vous parlons d’autoconsommation, vous allez sûrement me répondre « l’auto-quoi » ? À moins que vous soyez déjà un adepte, et dans ce cas : félicitations !

Ce terme un peu long pourrait très certainement vous rapporter de nombreux points au Scrabble, mais avant tout, il s’agit d’une solution qui vous permet d’être en partie autonome dans votre production d’électricité.

Alors concrètement, l’autoconsommation c’est quoi ?

L’autoconsommation est une méthode qui vous permet de produire votre propre électricité, de manière verte et écologique. En d’autres termes, vous consommez ce que vous produisez : l’électricité est directement utilisée pour alimenter vos appareils électriques et vous pouvez vendre le surplus.

Pour cela, on passe par l’énergie solaire qui est une source inépuisable via l’installation de panneaux photovoltaïques – et chez Ohm, nous proposons des boîtiers intelligents pour une consommation optimisée et une activation automatique des appareils énergivores.

Pour la petite histoire, avant 2015, l’autoconsommation ne représentait que 5 % des projets solaires, car il était plus rentable de revendre son énergie plutôt que de la consommer, alors que depuis 2019, il occupe 95 % du marché. Pas mal, nan ?

l'auto-consommation, c'est quoi ?

Pourquoi sauter le pas de l’autoconsommation ?

Il existe de multiples raisons de sauter le pas de l’autoconsommation solaire.

Le premier est la partielle autonomie que cela vous apporte, ce qui va bien évidemment arranger votre porte-monnaie. En ces temps où les prix de l’énergie ne cessent d’augmenter, pouvoir être son propre producteur devient gage de sécurité et de stabilité. Vous êtes moins dépendant des variations tarifaires et payez donc moins chères vos factures à la fin du mois. De plus, le fait de pouvoir revendre une partie de votre électricité, vous assure un financement et une rentabilité de votre projet plus rapide.

À titre d’information, “depuis 2018, produire de l’électricité chez soi (environ 9 c€/kWh), coûte deux fois moins cher que de l’acheter au réseau (environ 18 c€/kWh)“. Source : ComWatt

Ce qui nous amène au second argument : vous contribuez au développement des énergies vertes ! Si vous voulez du local et êtes soucieux de la provenance de l’électricité, l’autoconsommation est le nec plus ultra. Avoir des panneaux solaires chez soi, c’est un peu comme cultiver son propre jardin. On apprend forcément à consommer autrement, on en estime davantage la valeur, en plus que ce soit une satisfaction personnelle de « faire soi-même ». Vous en connaissez beaucoup vous, des personnes qui peuvent se vanter de produire leur propre énergie et de la vendre à leurs voisins ? 😉 L’autoconsommation, c’est faire un pas supplémentaire vers l’écologie et l’environnement.

Et la cerise sur le gâteau, l’installation de panneaux solaires apporte une plus-value à votre bien immobilier au moment de la revente.

L’autoconsommation, est-ce fait pour moi ?

Même si on aimerait vous répondre immédiatement « OUI », on a d’abord quelques questions à vous poser :

Êtes-vous propriétaire ?

Pour se lancer dans ce beau projet, il s’agit de la condition numéro 1. Mais si vous êtes locataires, vous pouvez toujours en toucher deux mots à votre bailleur pour le convaincre… On sait jamais, avec un peu de chance, vous pourrez même négocier le prix de votre électricité.

Êtes-vous en maison ?

Si vous êtes en maison, c’est bien évidemment l’idéal puisque vous serez seul décisionnaire – en dehors de votre conjoint bien entendu ! Mais si vous êtes en appartement, rien n’est impossible pour autant, il suffira de soumettre ce projet en AG.

Votre toit, est-il suffisamment ensoleillé ?

Votre localisation et votre exposition sont les deux autres points importants à prendre en considération. Il est évident que vous aurez un meilleur rendement en étant à Marseille et exposé plein sud, qu’à Lille. Mais quand on sait qu’à Torshavn au Danemark, il n’y a que 35 jours d’ensoleillement par an, ça permet de relativiser les 67,5 jours dans le nord – ça représente tout de même 1 620 heures.

Bref, l’essentiel est que votre toiture ne soit pas entourée d’arbres ou de zones ombragées.

Bon à savoir : si votre toiture n’est pas orientée au sud, l’est et l’ouest feront un excellent second choix. Ils ne représentent qu’une baisse de productivité de seulement 10 % !

La seule exposition à proscrire est bien entendu le nord.

Votre chauffage, est-il électrique ?

Étant donné que le chauffage représente 60 % de la consommation électrique (Source : ADEME), ce projet sera plus intéressant si vous chauffez via cette source d’énergie plutôt qu’au gaz par exemple.

Ensuite, en fonction de la superficie de votre logement et de vos besoins en consommation, à vous de déterminer le nombre de panneaux solaires que vous souhaitez. A titre indicatif, pour produire 6kWc, il vous faudra 16 panneaux qui occuperont environ 30 m2.

Si vous répondez positivement à toutes ces questions, n’hésitez plus ! Sinon, on vous laisse peser le pour et contre, après avoir demandé votre devis.

Pourquoi est-ce plus avantageux de passer par un fournisseur d’électricité tel que Ohm Energie pour l’installation de panneaux solaires ?

Avant que les panneaux solaires n’arrivent jusque chez vous, il se passe beaucoup de choses et les acteurs sont nombreux : fabricants, grossistes, installateurs et on en passe. En tant qu’intermédiaire, nous faisons le lien entre les différents acteurs qui ont déjà fait l’objet d’une sélection et d’une attention particulière. Ainsi, vous avez la garantie de ne pas vous tourner vers des acteurs frauduleux, ce qui est pour vous un gage de sérénité et de sécurité. ✌

De plus, la réglementation et les procédures administratives peuvent être complexes pour celui qui ne s’y connaît pas, entre l’autorisation d’urbanisme auprès de la Mairie, le raccordement, l’attestation de conformité… Bref, de quoi vous donner un bon mal de crâne. On vous épargne le cachet d’aspirine, puisqu’on s’occupe de tout !

Mais tout ça a forcément un coût ?

On ne va pas vous prendre pour des pigeons : bien sûr que l’installation va vous demander un (petit) investissement. Comme lors d’un achat immobilier, d’une voiture ou de la PS5, il ne faut pas seulement voir le coût initial, mais ce que cela va vous apporter au quotidien (si vous avez oublié, on vous renvoie au début de l’article) et la rentabilité sur le long terme.

La bonne nouvelle, c’est que les panneaux photovoltaïques ne coûtent pas aussi chers qu’une voiture neuve et qu’en plus vous les garderez plus longtemps – 25 ans, facile !

Si c’est un projet qui vous tente, sachez que des solutions de financement existent grâce à la prime à l’investissement et la vente du surplus. Un retour sur investissement est possible dès 7 ans, ce qui vous laisse une bonne marge pour ensuite pleinement en profiter.

Est-ce que ça ne serait pas le bon moment d’investir ?

Click to rate this post!
[Total: 0 Average: 0]